Pages Navigation Menu

L'actualité de toute une commune

Kamet, l’incubateur d’Axa donne lieu à ses premières victoires

Kamet, l’incubateur d’Axa donne lieu à ses premières victoires

En France, les compagnies d’assurance comme Filiassur, Axa, Allianz et autres ont compris la nécessité de réussir le virage numérique et de s’adapter au nouveau contexte d’un marché très exigeant en terme de qualité. Dans cette foulée, le cas Axa est inspirant. En effet, le géant français de l’assurance a créé un écosystème dédié à l’innovation dans l’assurance à travers la mise en place de plusieurs filiales dans de différents domaines. La start-up Kamet est l’un de ces filiales qui sert comme un incubateur pour de nouvelles entreprises appartenant à Axa. D’ailleurs, la start-up commence à servir ses fruits à travers la naissance de ses premières pousses.

Kamet, la start-up qui fabrique des start-up 

Une année seulement après la création de Kamet, l’incubateur d’Axa a annoncé la naissance de ses premières enfants. Il s’agit de la société Qare qui a pour objectif de « réinventer l’accès à des services médicaux de qualité » et de la société Fixter qui propose une solution de maintenance des véhicules automobiles. Cette dernière est assimilée à l’Uber de son domaine.

A travers ses créations, Kamet se permet de lancer plusieurs projets dans l’assurtech, la branche d’assurance qui gagne du terrain ces derniers temps. D’ailleurs, l’ancien patron d’Axa, Stéphane Guinet, qui est à l’origine du lancement de Kamet la définit comme « la start-up qui fabrique des start-up ». Ce nouveau modèle d’innovation s’annonce révolutionnaire dans le monde de l’entreprenariat et permettra à la maison mère, à savoir Axa, d’avoir d’intéressants jeunes sociétés à fort potentiel sous sa responsabilité.

Le rôle d’Axa dans Kamet 

Au moment du lancement de Kamet, Axa a investi 100 millions d’euros dans son capital tout en ayant une place minoritaire dans sa gouvernance. En effet, Kamet est une société indépendante qui permet à l’assureur d’avoir un accès prioritaire au financement des start-up qu’elle crée. Ainsi, Axa a choisi de financer Fixter à hauteur de 6 millions d’euros et de mettre 5 millions d’euros à la disposition d’une autre start-up qui reste encore confidentielle.

Innovante dans son principe, Kamet propose aussi un nouveau modèle d’action. La start-up fait l’étude chaque six mois, de 40 idées et choisit seulement 8 d’entre-elles. Les idées sélectionnées se transformeront après 17 semaines au maximum en prototype. Une fois que ce travail de base est fait, on signe les partenariats nécessaires et on crée la nouvelle start-up.