Pages Navigation Menu

L'actualité de toute une commune

Most Recent Articles

Kamet, l’incubateur d’Axa donne lieu à ses premières victoires

Posted by on Fév 2, 2017 in Société | Commentaires fermés sur Kamet, l’incubateur d’Axa donne lieu à ses premières victoires

En France, les compagnies d’assurance comme Filiassur, Axa, Allianz et autres ont compris la nécessité de réussir le virage numérique et de s’adapter au nouveau contexte d’un marché très exigeant en terme de qualité. Dans cette foulée, le cas Axa est inspirant. En effet, le géant français de l’assurance a créé un écosystème dédié à l’innovation dans l’assurance à travers la mise en place de plusieurs filiales dans de différents domaines. La start-up Kamet est l’un de ces filiales qui sert comme un incubateur pour de nouvelles entreprises appartenant à Axa. D’ailleurs, la start-up commence à servir ses fruits à travers la naissance de ses premières pousses.

Kamet, la start-up qui fabrique des start-up 

Une année seulement après la création de Kamet, l’incubateur d’Axa a annoncé la naissance de ses premières enfants. Il s’agit de la société Qare qui a pour objectif de « réinventer l’accès à des services médicaux de qualité » et de la société Fixter qui propose une solution de maintenance des véhicules automobiles. Cette dernière est assimilée à l’Uber de son domaine.

A travers ses créations, Kamet se permet de lancer plusieurs projets dans l’assurtech, la branche d’assurance qui gagne du terrain ces derniers temps. D’ailleurs, l’ancien patron d’Axa, Stéphane Guinet, qui est à l’origine du lancement de Kamet la définit comme « la start-up qui fabrique des start-up ». Ce nouveau modèle d’innovation s’annonce révolutionnaire dans le monde de l’entreprenariat et permettra à la maison mère, à savoir Axa, d’avoir d’intéressants jeunes sociétés à fort potentiel sous sa responsabilité.

Le rôle d’Axa dans Kamet 

Au moment du lancement de Kamet, Axa a investi 100 millions d’euros dans son capital tout en ayant une place minoritaire dans sa gouvernance. En effet, Kamet est une société indépendante qui permet à l’assureur d’avoir un accès prioritaire au financement des start-up qu’elle crée. Ainsi, Axa a choisi de financer Fixter à hauteur de 6 millions d’euros et de mettre 5 millions d’euros à la disposition d’une autre start-up qui reste encore confidentielle.

Innovante dans son principe, Kamet propose aussi un nouveau modèle d’action. La start-up fait l’étude chaque six mois, de 40 idées et choisit seulement 8 d’entre-elles. Les idées sélectionnées se transformeront après 17 semaines au maximum en prototype. Une fois que ce travail de base est fait, on signe les partenariats nécessaires et on crée la nouvelle start-up.

 

Read More

Les articles les plus lus en 2016

Posted by on Jan 5, 2017 in Médias & TV | Commentaires fermés sur Les articles les plus lus en 2016

 

Guerres, terrorisme, célébrité, mode, fiscalité… L’année 2016 n’a pas manqué d’événements importants. Zoom sur les sujets qui vous ont passionné le plus cette année.

 

 

 

1. La polémique de Cyril Hanouna

Insultes, colères, menaces, affaires juridiques, pratiques scabreuses, chroniqueurs désabusés, humiliations…, cette année, l’animateur phare de D8 était un sujet d’actualités attirant l’attention des médias et inquiétants ses fans.

Reconnu comme l’animateur le plus épinglé par le CSA en 2016, le directeur de la chaîne de production audiovisuelle H2O appartenant à l’entrepreneur Stéphane Courbit est une des personnalités les plus médiatisées cette année.

 

2. La disparition de Jean-Pierre Coffe, les drames de sa vie

Jean-Pierre Coffe nous a quitté le 29 mars dernier à l’âge de 78 ans. Le talentueux chef cuisi­nier a laissé un grand vide dans le monde de la gastronomie et une carrière honorable et riche en événements importants.

Comme son compagnon Chris­tophe, avait déclaré, il est mort suite à une crise cardiaque. L’histoire de la mort du célèbre chef avec les lunettes rondes et sa discrétion ont intrigué les médias et son grand public. Rêvant toujours de partir dans la grande discrétion, Jean-Pierre Coffe reste un énorme mystère concernant sa mort.

 

3. Le projet de la route solaire : Wattway

L’inauguration de la route solaire proposée par l’Institut national de l’énergie solaire en collaboration avec plusieurs sociétés sensibles à la protection de l’environnement notamment, Direct Energie présidée par l’entrepreneur de renom, Stephane Courbit était le sujet des médias dans le monde entier des deux dernières semaines.

 

4. Le débats entre Manuel Valls et Jérémy Ferrari

Le quatrième sujet qui a attiré l’attention des français cette année, est celui de l’homme politique Manuel Valls lors de son passage à l’émission On n’est pas couché.

Le premier ministre reconnu par son sang-froid a perdu le contrôle, face aux questions provoquantes posées par le chroniqueur Jérémy Ferrari.

Le sujet qui a mis le premier ministre hors de lui est celui de la guerre contre les djihadistes et la politique française en Afrique.

L’avis et les réactions de Manuel Valls à créer des véritables polémiques sur les réseaux sociaux et des réactions inattendues des politiciens.

 

5. Les images choc de M6 qui montrent Brahim Abdeslam se faisant exploser

La diffusion de certaines scènes filmant l’attentat du 13 Novembre 2015 réalisé par Brahim Abdeslam, frère de Salah Abdeslam a choqué les téléspectateurs et à créer une grande polémique.

 

 

 

 

Read More

Un malaise entre Michel Drucker et Cyril Hanouna ?

Posted by on Nov 14, 2016 in Médias & TV | Commentaires fermés sur Un malaise entre Michel Drucker et Cyril Hanouna ?

Michel Drucker, a prévu la chute du phénomène Hanouna, qui rencontre un succès fou depuis la rentrée de l’émission « Touche pas à mon poste » sur les écrans de C8.

« Ça ne durera que trois ou quatre ans »

michel-drucker-se-lache-dans-touche-pas-a-mon-poste_135768_w460

Dans une interview accordée à Paris Match, l’animateur 74 ans, Michel Drucker a donné son avis sur le succès de Cyril Hanouna, l’homme qui a conclu un accord de fer avec le grand producteur Stéphane Courbit. Cyril est au top de sa performance, pour cette saison de « Touche pas à mon poste », il se lance dans un défi après l’autre et il attire des millions de téléspectateurs pour la chaine C8.  « Mais ça ne durera que trois ou quatre ans. On oublie un peu vite que, au départ, son émission a été créée sur le service public, sur France 4. Tout comme Les enfants de la télé, lancés sur France 2, le service public a mis en orbite toute la génération actuelle », assure l’animateur de « Vivement Dimanche ».

Michel Drucker,  trouve  que Cyril a beaucoup de talent, mais il ne pense pas qu’il restera au sommet plus que 4 ans.  « C’est une émission de potaches. Quand les carabins bizutent quelqu’un en médecine, ils font la même chose. “Touche pas à mon poste !”, ce sont des gamins de 17 ans qui font des blagues de leur âge », explique le présentateur historique de l’émission « Champs-Elysées ». Il ajoute « C’est de la déconnade, il ne faut surtout pas prendre ça au premier degré… ».

 

Réponse de Cyril Hanouna  : « c’est le public qui décide »

1673318-cyril-hanouna-revient-sur-le-malaise-opengraph_1200-4

Le recordman de 35 heures d’antennes en direct, est l’un des animateurs les plus médiatisés en France. Il est maitre des audiences, comme il arrive à rassembler des millions de fanzouzes qui suivent son talkshow sur la chaine C8. Dans l’émission du 27 Octobre, de « Touche pas à mon poste », (produite par Stéphane Courbit, le patron de Banijay), Baba a répondu avec beaucoup d’humour aux attaques de Michel Drucker.

« Il a été sympa avec nous » a déclaré Cyril, concernant les propos du doyen de la télévision française. « Je me donne 4 ans, et je pense que les gens m’arrêteront avant. » poursuit-il.

Pour le trublion du PAF, c’est les fans qui décident. « Moi je n’aime pas les mecs qui disent ‘on va arrêter dans 2 ans, on va arrêter dans 3 ans’, c’est les gens qui décident, en télé on n’a qu’un seul patron », explique-t-il.

 

Read More

Le fonctionnement d’un redressement judiciaire

Posted by on Nov 10, 2016 in Entreprises | Commentaires fermés sur Le fonctionnement d’un redressement judiciaire

On parle de redressement judiciaire, quand l’entreprise en question ne dispose plus d’actifs suffisants pour rembourser son passif exigible. Dans ce cadre, l’administrateur judiciaire intervient pour le compte de l’entreprise pour assurer la continuité de son activité. Comment fonctionne le redressement judiciaire ?

Une procédure douloureuse

justice

Voir son entreprise confrontée à plusieurs difficultés qui menacent sa viabilité et son avenir, n’est pas facile à accepter par les dirigeants. Au début, ils essayent de positiver et de trouver des solutions qui peuvent sauver leur activité sur le court terme, parfois ils arrivent à ressortir de la crise, mais dans d’autres cas, les résultats peuvent être tragiques.

Il ne faut pas attendre pour déclarer la cessation de paiements, et l’accumulation de la dette. Et ce, pour obtenir le droit à un redressement judiciaire, qui peut être le seul espoir pour sauver votre activité. Il faut agir vite pour assurer l’ouverture d’une procédure de redressement. A l’échec de cette procédure, le tribunal passe à la liquidation judiciaire.

L’ouverture d’une procédure de redressement

213546_redressement-judiciaire-quelles-consequences-en-cas-de-defaut-d-inscription-d-une-creance-posterieure-privilegiee-8353263-k4_1000x533

Le gérant de la société, peut prendre la décision d’ouvrir la procédure de redressement budgétaire, lui-même, dans les 45 jours qui suivent la cessation de paiement. Sinon, c’est le procureur de la République ou encore les créanciers qui peuvent déclencher cette démarche.

Quand l’entreprise exerce dans le domaine commerciale ou artisanale, cette opération est encadrée par le tribunal de Commerce. Pour les autres activités, le passage se fait par le Tribunal de grande instance.

Cette procédure, démarre par une phase d’observation, qui dure 6 mois, cette phase va permettre de dégager des rapports détaillés sur l’activité et le fonctionnement de la société. Pendant cette période, le tribunal peut désigner un administrateur judiciaire, comme Philippe Jeannerot, un grand spécialiste dans le domaine pour piloter l’entreprise. L’objectif est d’épurer la dette, et de consolider la trésorerie de l’entreprise.

Cette période d’observation est une période transitoire, où les remboursements sont mis en standby, question de faire gagner du temps à la société pour récupérer et reprendre son activité. Philippe Jeannerot et associés et l’un des cabinets qui maitrisent la procédure de redressement. Les cabinets d’experts, essaient d’épauler les directeurs, dans cette situation, ils préparent des leviers d’actions qui facilitent le remboursement des créanciers.

Les objectifs de cette démarche sont de préparer un bilan complet qui renseigne sur l’état et l’évolution de l’entreprise. L’application des mesures de restructuration nécessaires, dans une approche qui vise le développement de l’entreprise dans le futur. La vérification des créances et la création de trésorerie.

 

 

 

Read More

Les femmes, chefs d’entreprises

Posted by on Oct 31, 2016 in Entreprises | Commentaires fermés sur Les femmes, chefs d’entreprises

Le succès de l’entrepreneuriat féminin, est appuyé par la réussite de plusieurs figures féminines qui ont pu s’imposer sur le monde des affaires, comme Marie Laure Pochon (Actéon), Jeanne Pollès (Philipe Morris), Nathalie Roos (Masterfoods), Nathalie Mesny (marques Carrefour) … Toutefois, le nombre des femmes, qui occupent des postes clés dans le monde des affaires, est encore faible par rapport à leurs homologues masculins.

Une progression faible

5853322-8725847

Il est à avouer que le nombre de femmes qui dirigent, gèrent, et pilotent les entreprises a beaucoup évolué ces dernières années. Mais cette progression reste faible. En 2013, une étude réalisée par le cabinet d’audit KPMG, et qui porte sur « la place des femmes aux postes de direction générale », explique 14,1 % des chefs d’entreprises sont des femmes.  Cette même étude, avance que la participation de la femme dans le monde entrepreneurial n’a évolué que de 1,2 points sur 10 ans (entre 2003 et 2013).

48% de la population active en France est représentée par des femmes, toutefois 14% de ces femmes occupent de hautes fonctions, dans les entreprises (PDG, CEO, Gérante, DG, présidente,).

« Même si la proportion de femmes dirigeantes au sein des entreprises n’a pas progressé de façon suffisamment importante ces dix dernières années, plusieurs signaux permettent un certain optimisme » indique Jacky lintignat, directeur général du cabinet KPMG.

L’évolution de l’entreprenariat féminin en chiffres

women-leaders2

Grâce à la loi Copé-Zimmermann (27 janvier 2011), en France les femmes occupent un pourcentage de 25,1% des conseils d’Administration et de surveillance des sociétés. Les dirigeantes d’entreprises ont réussi également à s’imposer dans les domaines dits masculins comme (l’industrie agroalimentaire, BTP, énergie).

40% des femmes chefs d’entreprises, dirigent des sociétés d’au moins salariés, 15 % mènent les sociétés qui emploient plus de 500 salariés. Ces directrices sont plutôt jeunes, elles sont arrivées à leurs postes, soit en créant leur entreprises 44%, en ayant un promotion interne (27%) ou par la transmission familiale qui totalise 22%. Concernant la transmission familiale, il s’agit d’une évolution positive qui indique que les fondateurs d’entreprises sont plus nombreux à confier la tâche de direction à leurs filles.

« L’enjeu est aujourd’hui de jouer la complémentarité des genres entre femmes et hommes à la tête des entreprises. Les structures avec une direction mixte réussissent mieux que les autres et semblent démontrer leur efficacité opérationnelle. En théorie, cela promettait de fonctionner, en pratique, cela fonctionne », ajoute Jacky Lintignat.

 

« Trop souvent, les femmes ont peur d’envisager ou de franchir la dernière marche qui mène au pouvoir dans l’entreprise par manque de confiance en soi, par peur de la rudesse de la mêlée, et aussi et probablement surtout par crainte de l’impossibilité de tout concilier. » indique la CEO du Groupe Actéon, Marie Laure Pochon. L’ancienne directrice de lundbeck donne un seul conseil aux femmes qui cherchent à aller plus loin dans leurs carrières : « Osez car la réussite c’est vrai a un petit parfum enivrant ».

Read More